Je regarde mes sculptures, je me dis : 

« Et si ce truc était vivant, que se passerait-il? »

Tout s’est passé comme s’il fallait que je parvienne lentement à entrer dans ‘’mon’’ sujet. Comme si je devais découvrir comment m’utiliser, et, connaître l’espace qui me serait propre!

Inconsciemment, nous sommes tous sensibles à des formes universelles, nous partageons une même sensibilité, un même instinct… Alors, ces formes universelles, à quoi pouvaient-elles ressembler, si ce n’est à celles que je veux voir!

C’est dans ce huit-clos que la figure humaine s’est imposée. Jusque dans mon intérêt formel actuel, elle est toujours restée profondément présente dans mon travail. Je ne me satisfaisais plus de la voir telle quelle! Si bien que mon désir de la construire selon mon désir de la voir, m’amenait implacablement vers d’autres formes.

J’assistais à la naissance d’étranges images qui peu à peu fusionnaient entres elles, ne sauvegardant d’elles mêmes qu’un essentiel vital. Par déformation, densification, ablation, amputation, réduction, la figure humaine a peu à peu pris corps ailleurs, s’est finalement exposée dans son état biologique.

Que contient-elle cette figure humaine, lorsqu’elle est ainsi ramenée au point de la cellule, apostrophée et, sans plus aucune autre particularité vaine? Sa morphologie s’est transmuée, l’objet créé est devenu différent, mais ma recherche centrale reste la même, celle de parvenir à l’extériorisation des mouvements des humeurs intimes, celle de poursuivre avec d’autres intelligences cette extériorisation d’affects universels, de sensibilités universelles.

J’ai pénétré dans un processus de vie archaïque. Un processus qui veut troubler mes certitudes et qui me met en situation de vies à l’infini…Répétable et répétée, cette nouvelle image d’identité humaine va proposer d’autres identités sculpturales uniques, prêtes à se multiplier. Pour elles-même à leur tour, devenir un nouveau déclencheur de fonctionnements de regards différents, sur un nombre infini de vies, sur un nombre de vies infinies. Elles iront dans le désordre ou l’organisation, la cacophonie ou l’harmonie, le rythme cadencé ou l’arythmie totale, elles ramperont ou s’élèveront... Elles se tiendront dans le creux la main … et, en changeant d’échelle changeront toute ma perception!

Je suis entrée dans le jeu! Le jeu du bouleversement des sens et des affects. Personne ne me demandant rien, j’ai continué. J’ai regardé ces circonvolutions de mon esprit. Je les ai travaillées, je les ai voulues libérées et je les ai suivies!

 

 

Quelques Mots ~ Les Oeuvres ~ Agenda ~ Les Expositions ~ L'Atelier ~ La Galerie ~ Biographie ~ La Revue de Presse ~ Les Liens